Shows / Expositions  | Projects / projets  | La Verrière, Bruxelles  | Méthode Room, Chicago  | Workshop / Ateliers  | Texts / Textes  | Interviews / Entretiens  | INFO




>> Projects / projets

PARADE
Haute Vallée de Chevreuse (Yvelines), 2010 & different cities in the suburbs of Paris (Seine Saint Denis), 2011



PARADE, Artworks from the Regional Contemporary Art Collection of île-de-France on the regional roads.

With works by : John Baldessari, Michel Blazy, Nina Childress, Delphine Coindet,
Jean-Pascal Flavien, Michel François, Ryan Gander, Francesco Gennari,
Véronique Joumard, Rita McBride, Mathieu Mercier, Jean-Luc Moulène,
Gianni Pettena, Richard Prince, Loïc Raguénès, Yves Trémorin,
Ulla Von Brandenburg, Franz West, Erwin Wurm, et Raphaël Zarka.

Every week-end of June 2010 & June 2011
Concepted and curated by Guillaume Désanges

Parade is a simple and nomadic device to present contemporary artworks that will cross some cities or villages of the Ile-de-France region in 2010 and 2011. In its shape, this experimental project borrows voluntarily the fairground shows type : "living sharks", "dinosaurs" or " living reptilian " settled on cities parkings. The display of the show, the general design, the used materials as well as the elements of communication (posters, flyers) will be thought in this sense. A scenographic aesthetic and a tone that merely applies to contemporary artworks, so as to displace the context, to go in opposition to a certain solemnity of the exhibition, to render them in a voluntarily recognizable way, popular, while playing with an unexpected shift between the containing and the content. But at the end, it is well about an exhibition, to expose artworks to our look. This device is in itself a real curating experience, in the sense that this exhibition will encourage a reception of the pieces as curiosities, as objects coming from somewhere else, as it is in general the living, or not, shows that are presented in these touring and popular exhibitions. A relation based on curiosity, a certain strangeness, but also, on the knowledge and the intellectual rigour. It is not about choosing particularly accessible pieces, to think a "simple" exhibition, nor to adapt the speech that accompanies it, but about considering art in a welcoming public way, festal, non familiar but recognizable, as displays of window dressers or ranters. The exhibition can be displayed on a place, a parking lot, a playground of school, or all other public places that can provide electricity. The exhibition arrives, to each stage, by truck with its own structure, get settled in the afternoon and propose an opening for the inhabitants. It remains visible the following day and leaves the day after. Everything is founded on a relatively simple and autonomous system of installation and pragmatic fold. A short event, but intense, in the spirit of Jacques Tati’s film "Jour de fête". The show is free and the curator is present during the exhibition to speak with visitors, in order to share their reception of the artworks. The exhibition comes with critical and mediation equipment tought in echo with the general aesthetics of the project. This concrete experience follows an interest that I have since several years as curator for exhibition’s shapes that escape the scenography norms of contemporary art : informative, documentary or educational exhibitions, of minerals, animals, professional or amateur collections. They are an opportunity to experiment, in a volunteer way, the direct contact of a non specialist public with the contemporary art and some of its stakes, together in a loving and tinkered logic , demanding but pragmatic, serious but happy."

Guillaume Désanges


Affiches dans la ville

PARADE, la collection du Frac Ile-de-France en tournée sur les routes de la région.
Tous les week-ends de juin 2010
Conception et commissariat : Guillaume Désanges

"Quand Xavier Franceschi m’a proposé d’imaginer un projet avec la collection du FRAC Ile de France, j’ai immédiatement pensé à un projet mobile, tournant, dans une logique foraine. Dans cette perspective, les tournées sont un dispositif simple et nomade de présentation d’œuvres d’art contemporain qui sillonnera quelques villes ou villages de la région Ile-de-France en 2010 et 2011. Dans sa forme, ce projet expérimental emprunte volontairement aux expositions foraines type "requins vivants", "dinosaures" ou "reptiles vivants" qui s’installent sur les parkings des villes. Le mode d’accrochage, le design général, les matériaux utilisés ainsi que les éléments de communication (affiches, flyers) seront pensés en ce sens. Une esthétique scénographique et un ton qui s’appliquent simplement à des œuvres d’art contemporain, dans le but de les décontextualiser, d’aller à l’encontre d’une certaine solennité de la forme exposition, de les saisir dans une forme volontairement reconnaissable, populaire, tout en jouant avec un décalage inattendu entre le contenant et le contenu. Mais dans le fond, il s’agit bien d’une exposition, au sens d’exposer des œuvres à un regard. Ce dispositif est en soi une véritable expérience curatoriale, au sens où cette forme favorisera une réception des œuvres comme curiosités, des objets venus d’ailleurs, comme le sont en général les choses vivantes ou non qui sont présentées dans ces expositions tournantes et populaires. Une relation basée sur la curiosité, une certaine bizarrerie, mais aussi, sur le savoir, la connaissance et l’exigence intellectuelle. Il ne s’agit pas de choisir des œuvres particulièrement accessibles, de penser une exposition "simple", ni d’adapter le discours qui l’accompagne, mais de donner à voir de l’art dans un forme publique accueillante, événementielle, non pas familière mais reconnaissable, comme celle des étalagistes ou des bonimenteurs.
L’exposition peut s’installer sur une place, un parking, une cour d’école, ou tout autre lieu public qui peut fournir de l’électricité. A chaque étape, l’exposition arrive en camion avec sa propre structure, s’installe dans l’après midi et propose un vernissage pour les habitants. L’exposition reste visible le lendemain dans la journée et repars le jour d’après. Le tout est fondé sur un système relativement simple et autonome d’installation et de repli pragmatique. Une forme événementielle courte mais intense, dans l’esprit de "Jour de Fête" de Jacques Tati. L’exposition est gratuite et le commissaire est présent sur place pendant l’exposition pour parler aux visiteurs, afin de partager la réception de l’œuvre avec le public. L’exposition s’accompagne d’un appareillage critique et de médiation qui est en écho avec l’esthétique générale du projet. Cette expérience concrète fait suite à un intérêt que j’ai depuis plusieurs années, en tant que curateur, pour les formes d’exposition qui échappent aux normes scénographiques de l’art contemporain : expositions informatives, documentaires ou pédagogiques, de minéraux, animaux, ou faits de société, événementielles, professionnelles ou amateurs. Elles sont une occasion d’expérimenter, de manière volontariste, le contact direct d’un public non spécialiste avec l’art contemporain et certains de ses enjeux, dans une logique amoureuse mais bricolée, exigeante mais pragmatique, sérieuse mais joyeuse."

Avec des oeuvres de : John Baldessari, Michel Blazy, Nina Childress, Delphine Coindet,
Jean-Pascal Flavien, Michel François, Ryan Gander, Francesco Gennari,
Véronique Joumard, Rita McBride, Mathieu Mercier, Jean-Luc Moulène,
Gianni Pettena, Richard Prince, Loïc Raguénès, Yves Trémorin,
Ulla Von Brandenburg, Franz West, Erwin Wurm, et Raphaël Zarka.


Guillaume Désanges