Shows / Expositions  | Projects / projets  | La Verrière, Bruxelles  | Méthode Room, Chicago  | Workshop / Ateliers  | Texts / Textes  | Interviews / Entretiens  | INFO




>> Shows / Expositions

Prisoners of the Sun / Prisonniers du soleil
Concrete Erudition 2 / Erudition concrète 2. Le Plateau, Frac Ile-de-France, 2010



JPEG - 161.5 ko

A Corey McCorkle production at the Désert de Retz &
Antichambre (works by Anna Barham, Louidgi Beltrame, Pablo Bronstein, Isabelle Cornaro, Hubert Duprat, Dan Graham & Robin Hurst, Zoe Leonard, Edgardo Navarro, Jean Painlevé, Hubert Robert, Felicien Rops)
Cinema
Games room

Curated by Guillaume Désanges.

Le Plateau. Frac Ile-de-France / Mars 11. - May 9 ; 2010.

[http://www.fracidf-leplateau.com]

///Prisoners of the Sun is the second show in the Concrete Erudition programme devised by Guillaume Désanges, an associate curator invited to come up with an exhibition series at Le Plateau. This cycle questions the links between art and knowledge, in its varying forms, based on certain contemporary activities. Carrying on from the exhibition The Planet of Signs (Le Plateau, autumn 2009), this time it is the architecture, and its utopian, sensual and political extensions, which is the exhibition’s thread. Prisoners of the Sun is organized around a specific production, commissioned from the American artist Corey McCorkle. After an initial training as an architect, this artist has been developing, in particular, a line of research which questions the links between utopia, modernism, functionalism and ornamentation. Nurturing an interest in deserted structures, traces of bankrupt utopias and the time-related interferences proposed by certain monuments, the artist re-places these concrete factors within a network of references where there is a mixture of symbolism, poetry, hallucinatory rituals and mystical afflatus.

Corey McCorkle decided to focus his research project on the Retz Wilderness - Désert de Retz -, a garden of 18th century architectural "follies" situated near the town of Chambourcy, 15 miles west of Paris. Conceived like an architecture and landscape microcosm - with a Greek temple, an Egyptian pyramid, a Chinese pagoda, a Tartar tent - this unique and astonishing place gave rise to numerous artistic creations (Colette, Jacques Prévert, Abel Gance, the Surrealists). In it the artist develops a new work incorporating film and sculpture, for presentation at Le Plateau.

Based on the themes and challenges of this artist’s work, and within a logic of spreading influence and intuitive associations, Prisoners of the Sun will also include an exhibition within the exhibition, titled Antichambre, with a set that juggles with artificial, decorative and ornamental styles. From a precise as well as heterogeneous selection of contemporary art works mixed with elements related to art history (with works by Anna Barham, Louidgi Beltrame, Isabelle Cornaro, Dan Graham & Robin Hurst, Pablo Bronstein, Zoe Leonard, Edgardo Navarro, Hubert Robert, Felicien Rops, etc.), it offers a poetic walk around objects that echo the themes linked to the Désert de Retz project.

Adopting the same approach, Prisoners of the sun includes a cinema with a continuous programme of films related to the exhibition, and a games room showing old and modern games to do with lessons in construction lessons and the development of logic, whose shapes can be decorative and "proto-minimalist", alike.

Corey McCorkle, born in 1969, lives and works in New-York. His work is regularly exhibited in galleries in New-York, Los Angeles, and London. He had a solo exhibition in the Bern Kunsthalle in 2005 and participated in numerous group shows, notably Traces du Sacré at the Centre Pompidou and the 2008 Whitney Biennial in New York, as well as Untouchable, l’idéal transparence at the Villa Arson, Nice, in 2006.

>>> DOWNLOAD

PDF - 5.7 Mo

The journal of the exhibition, in French

PDF - 957.7 ko

The map of the exhibition, in French


Une production de Corey McCorkle autour du Désert de Retz &
Antichambre (avec des oeuvres de Anna Barham, Louidgi Beltrame, Pablo Bronstein, Isabelle Cornaro, Hubert Duprat, Dan Graham & Robin Hurst, Zoe Leonard, Edgardo Navarro, Jean Painlevé, Hubert Robert, Felicien Rops)
Salle de cinéma
Salle de jeu

/// Prisonniers du Soleil est le 2nd volet du programme "érudition Concrète" proposé par Guillaume Désanges, commissaire invité à concevoir un cycle d’expositions au Plateau. Ce cycle interroge les liens entre art et savoirs autour de certaines pratiques contemporaines. S’inscrivant dans la continuité de La Planète des Signes, Prisonniers du soleil a cette fois-ci comme fil conducteur l’architecture, et ses extensions utopiques, sensuelles et politiques. Prisonniers du Soleil s’articule autour d’une production spécifique de l’artiste américain Corey McCorkle. Ayant suivi une formation en architecture, Corey McCorkle développe notamment un travail sur les liens entre utopie, modernisme, fonctionnalisme et ornementation, fondé sur des recherches et nourri de lectures, mais dont les traductions plastiques s’avèrent effectivement sculpturales ou filmiques sans jamais être documentaires. Nourrissant un intérêt pour les structures désertées, les traces d’utopies en faillite et les brouillages temporels que proposent certains monuments, Corey McCorkle replace ces éléments concrets dans un réseau de références où se mêlent symbolisme, poésie, rituels hallucinatoires et souffle mystique.

Corey McCorkle architecturales construit au XVIIIème siècle par le comte de Monville, et situé sur la commune de Chambourcy. Conçu tel un microcosme architectural et paysager - avec un temple grec, une "colonne détruite", une pyramide égyptienne, une pagode chinoise, une tente tartare - ce lieu unique et improbable mêle édifices novateurs et aspirations philosophiques, futurisme et passéisme, et a suscité de nombreuses créations artistiques (Colette, Jacques Prévert, Abel Gance, les Surréalistes). L’artiste y a développé un travail inédit, intégrant films et sculptures, pour son exposition au Plateau.

Dans une logique de rayonnement et d’associations intuitives en relation à ce projet, Prisonniers du Soleil propose une exposition dans l’exposition, Antichambre, dont la scénographie volontairement cosy joue avec les codes de l’artifice, du décoratif et de l’ornementation. A partir d’une sélection d’oeuvres d’art contemporain à la fois précise et hétérogène, mais puisant aussi dans le registre de l’histoire de l’art (avec des oeuvres de Anna Barham, Louidgi Beltrame, Pablo Bronstein, Isabelle Cornaro, Hubert Duprat, Dan Graham & Robin Hurst, Zoe Leonard, Edgardo Navarro, Jean Painlevé, Hubert Robert, Félicien Rops), elle propose un cheminement poétique avec des formes qui sont autant d’échos à la modernité dans son rapport au naturalisme, au rêve, à la décadence, à l’ornementation et à l’utopie.

Partiellement placée sous le signe de l’extravagance et du monstrueux, l’exposition questionne la notion de goût en acceptant que l’ornement, le kitsch ou le grotesque soient des résultantes de positionnements scientifiques, cognitifs ou politiques radicaux. Un monstrueux - la porte organique reproduite par Corey McCorkle, la peinture sadienne de Félicien Rops, les images morbides de Zoe Leonard, les horloges rococo de Pablo Bronstein ou la collection de Céleste Olalquiaga - qui peut atteindre le sublime et qui s’articule avec une curieuse tension au rationalisme romantique d’un Louidgi Beltrame, Dan Graham & Robin Hurst ou Isabelle Cornaro, ou à l’illusionnisme minéral de Hubert Duprat ou de Jean Painlevé. Dans un même esprit et faisant toujours partie de l’Antichambre, une salle de cinéma est aménagée et une salle de jeu présente des jeux anciens et modernes, liés à l’apprentissage de la construction et au développement de la logique, dont les formes peuvent être aussi bien décoratives ou "proto-minimalistes".

Corey McCorkle est né en 1969, il vit et travaille à New-York. Il expose régulièrement dans des galeries à New-York, Los Angeles ou Londres. Son travail a fait l’objet d’une exposition monographique à la Kunsthalle de Bern en 2005 et il a participé à de nombreuses expositions collectives, dont Traces du Sacré au Centre Pompidou, la Whitney Biennal de New-York en 2008, ainsi qu’Untouchable, l’idéal transparence à la Villa Arson en 2006.

>>> TELECHARGER

PDF - 5.7 Mo

Le journal de l’exposition, en français

PDF - 957.7 ko

Le plan de l’exposition, en français



La salle de jeux : mur de gauche : Anna Barham, Rend Images Pleats, 2008, 5 dessins au stylo bille, courtesy de l’artiste / mur de droite : Isabelle Cornaro, Eventails, 2010, technique mixte sur papier, courtesy galerie Balice hertling, Paris / Le Plateau, photo Martin Argyroglo.


L’antichambre : de gauche à droite : Pablo Bronstein, Horological Promenade, 2008, courtesy Galerie Herald Street, Londres / Edgardo Navarro, Totem, 2009, huile sur toile, courtesy Galerie Artegalore, Paris / Hubert Duprat, Sans Titre, 2008, cristaux de calcite (spath d’Islande), collection Frac Limousin, Limoges / Le Plateau, photo Martin Argyroglo.


L’antichambre : de gauche à droite : Dan Graham & Robin Hurst, Private Public Space : The Corporate Atrium Gardens, 1987, Artforum 1987 / Anna Barham, Pliant Games II, 2007, pailles, carton, colle, papier calque, adhésif, poignées de seau, courtesy de l’artiste / Le Plateau, photo Martin Argyroglo.


La salle de cinéma : Jean Painlevé, Transition de phase dans les cristaux liquides, 1978, d’après les travaux d’Yves Bouligand / Musique : François de Roubaix / Collection Les Documents cinématographiques / Le Plateau, photo Martin Argyroglo.


Corey McCorkle, Porte belge, 2009, bois, ciment, production du Frac île-de-France, courtesy de l’artiste, de la galerie Maccarone, New York et et de la galerie Stella Lohaus, Anvers / Le Plateau, photo Martin Argyroglo.

Corey McCorkle, Dandelion Wine, 2009, bouteilles de verre, courtesy de l’artiste et galerie Maccarone, New York / Le Plateau, photo Martin Argyroglo.

Corey McCorkle, Zootrope, 2010, films, courtesy de l’artiste et galerie Maccarone, New York / Le Plateau, photo Martin Argyroglo.

Corey McCorkle, Hermitage, 2010, film, courtesy de l’artiste et galerie Maccarone, New York / Le Plateau, photo Martin Argyroglo.