Shows / Expositions  | Projects / projets  | Workshop / Ateliers  | Texts / Textes  | Interviews / Entretiens  | INFO




>> Shows / Expositions

Plans for Escape / Plans d’évasion, Michel François
S.M.A.K. Stedelijk Museum voor Actuele Kunst, Gent (Belgique), 2009-2010



Exposition organisée par Philippe Van Cauteren et Guillaume Désanges

S.M.A.K. Stedelijk Museum voor Actuele Kunst (Gand, Belgique)
10.10.2009 - 3.01.2010

L’exposition au S.M.A.K. est née d’un plan ambitieux de Michel François (°1956 St-Trond), en prolongation de son projet Faux Jumeaux, présenté au S.M.A.K. du 18.10.2008 au 03.01.2010. Suite à cette exposition ayant un caractère rétrospectif et prospectif, un catalogue sera composé.


Michel François, "Plans d’évasion", vue générale, S.M.A.K., Gand, photo Dirk Pauwels.

Depuis 1981, l’artiste belge Michel François travaille la sculpture à toutes les échelles et à travers tous les médiums dont la photographie, la vidéo et l’installation. Son travail concerne essentiellement la représentation du vivant sous toutes ses formes (avec une prédilection pour le végétal, le minéral, l’organique et le geste humain) ; une vivacité qu’il expérimente par ailleurs plastiquement et concrètement en réalisant des oeuvres mouvantes, instables et proliférantes. à l’instar des déictiques, ces particules linguistiques qui changent de signification selon le contexte dans lequel elles apparaissent, les objets et images de Michel François ne cessent de se transformer, de s’associer, se rejouer, pour s’actualiser en des formes transitoires, comme par cristallisation. Un modèle artistique de type physiologique, basé sur la croissance, le déploiement ou la désagrégation, et toujours donné à voir comme figé dans une expansion de formes et de significations.
Travaillant directement avec ce qui est lui est matériellement et affectivement proche, la pratique de Michel François associe avec curiosité et jubilation des matériaux hétérogènes issus du quotidien ou prélevés lors de ses voyages et rencontres. Cette économie particulière suscite une oeuvre hybride, fluide et insaisissable, échappant à toute détermination de style et de genre. Affirmant une position critique face à l’ordre hiérarchique du monde, le travail met particulièrement en tension le caractère aérien, fragile et évanescent des formes avec une certaine réalité physique de la matière, soumise à la pesanteur, à l’attraction et au danger.
Mais l’art de Michel François a beau être très physique et visuel, il reste stimulé par un réseau souterrain de références culturelles, d’amorces de narrations et de principes idéologiques, inscrits et expérimentés au coeur de la matière. Plus sensuelle que discursive, la sculpture réconcilie donc néanmoins discrètement l’esthétique et le concept, la forme et le fond, le geste et la pensée. Par ce biais, elle explore en actes des dualités fondamentales comme la langueur et l’action, l’accumulation et le vide, la grâce et la corruption, et plus profondément encore, aborde des notions essentielles comme l’espace et le temps, le réel et l’illusion, le don et la perte, la mémoire et l’oubli.
Après sa participation à la Biennale de Venise (1999), à la Documenta 9 de Kassel (1992), et ses nombreuses expositions personnelles à travers le monde, cette exposition du Stedelijk Museum voor Actuele Kunst de Gand est la première grande rétrospective de l’artiste. Plus qu’une mise en relation d’oeuvre s existantes, elle est conçue sur le mode du recyclage, de la transformation et de la connexion renouvelée des formes et des matières. Sculptures, installations, photographies, vidéos sont donc réarticulées et réinterprétées dans l’espace, contestant toute conception figée et normalisée de l’oeuvre d’art. L’exposition est également l’occasion de réactiver quelques corpus majeurs comme le Salon Intermédiaire, les Psycho-Jardins et le Théâtre des opérations, mais aussi de réaliser plusieurs productions spécifiques. Dans une logique fractale, en écho aux enjeux fondamentaux de l’oeuvre , l’exposition Plans d’évasion se déplie à l’échelle du musée selon un principe sculptural, basé sur un jeu de symétrie et dissymétrie, densité et relâchement, ordre et chaos, fonctionnalisme et ornementation. Elle est une occasion de présenter de manière vaste et généreuse une oeuvre processuelle, dynamique et abondante, surprenante par sa capacité inégalée à se renouveler de l’intérieur, de manière à la fois cohérente et irréconciliée avec le monde.

Guillaume Désanges et Philippe Van Cauteren


The Belgian artist Michel François has been working with sculpture on all scales since 1981 and
through all media, including photography, video and installation. His work is essentially a
representation of the live in all its forms (with a preference for vegetable, mineral, organic and
human movement). He expresses vivacity concrete and plastic vigour in moving, unstable and
proliferating works. Like deictics, linguistic particles that change their meaning with context, Michel
François’ objects and images do not stop transforming, associating, replaying to form themselves
into transitory forms as if by crystallisation. A physiological artistic model, based on growth,
deployment or disintegration, always read to be seen as fixed in an expansion of forms and
meanings.
As he works directly with what is emotionally and materially close to him, Michel François
flamboyantly combines different materials that come up in everyday life or that are taken from his
journeys and meetings. This particular economy excites a hybrid, fluid and intangible work that
defies any classification in terms of style or genre. Taking a critical stance against the hierarchical
order of the world his work sets up a tension between the ethereal fragile and evanescent
character of forms with a certain physical reality of matter subject to heaviness, attraction and
danger.
But even if Michel François can be very physical and real he is still inspired by an underground
network of cultural references, nuances of narratives and ideological principles, grounded and
tested in a material heartland. More sensual than discursive, the sculpture still discretely reconciles
the aesthetic and the concept, form and background, act and thought. In this way it explores
fundamental dualities such as inertia and action, accumulation and emptiness, grace and
corruption and more profoundly it confronts existential notions such as space and time, reality and
illusion, profit and loss, memory and oblivion.
After his participation in the Venice Biennial (1999) and Documenta 9 in Kassel (1992) and his
numerous personal exhibitions through the world, this exhibition at S.M.A.K. (Stedelijk Museum
voor Actuele Kunst of Ghent) is his first big retrospective. More than a relationship of existing
works it is conceived on the process of recycling, renewed transformation and connection of forms
and materials. Sculptures, installations, photographs, videos are therefore retextured and
reinterpreted in space to throw the gauntlet down against any fixed and normalised conception of
artwork. The exhibition is also a chance to reactivate major work such as "Salon Intermédiaire",
"Psycho Gardens" and "Theatre of Operations" and also to make some specific productions.
With fractal logic, echoing the fundamental issues of the work, the exhibition unfolds on the scale
of the museum according to a sculptural principle based on a play of symmetry and asymmetry,
density and slack, order and chaos, functionality and ornamentation. It is a chance to present in a
vast and generous way a work of process, dynamic, and abundance, surprising in its unequalled
capacity to regenerate from within, both coherent and unreconciled with the world.



Michel François, Déjà vu, 2003, photo Dirk Pauwels, S.M.A.K.


Michel François, Pavillon noir, 2002, photo Dirk Pauwels, S.M.A.K.


Michel François, ’Pas tomber’, 2009, photo Dirk Pauwels, S.M.A.K.


Michel François, Psycho Jardin (cactus), photo Dirk Pauwels, S.M.A.K.


Michel François, Psycho Jardin (aigles), photo Dirk Pauwels, S.M.A.K.


Michel François, Scribble, 2003, photo Dirk Pauwels, S.M.A.K.

http://www.smak.be/tentoonstelling.php?la=fr&y=0&tid=0&t=komende&id=444