Shows / Expositions  | Projects / projets  | La Verrière, Bruxelles  | Méthode Room, Chicago  | Workshop / Ateliers  | Texts / Textes  | Interviews / Entretiens  | INFO




>> Shows / Expositions

Eric Baudelaire, Rétrospective & Site Displacement / Déplacement de Site
Espace d’art contemporain La Tôlerie (Clermont-Ferrand, France), 2007



commissariat / curated by Guillaume Désanges, assisté de / with Mélanie Mermod
14 décembre 2007 au 10 février 2008


Baudelaire Eric, Imagined States, c-print, diasec, oak, 110x140 cm

Communiqué de presse

Depuis le début des années 2000, Eric Baudelaire, dont le travail photographique est montré internationalement, déploie une oeuvre d’une rare précision, tant formelle que conceptuelle. Chacune de ses photographies ou séries de photographies cache, sous une esthétique volontairement soignée voire séduisante, des enjeux artistiques, philosophiques ou politiques qui ne sont jamais démonstratifs ni revendiqués mais bien plutôt allusifs ou indiciels. La série "Etats imaginés", par exemple, réalisée dans l’état indépendant d’Abkhazie en Géorgie, envisage, à travers des vues ordinaires parfois discrètement mises en scène, l’identité insaisissable et pourtant étrangement stéréotypée d’une nation quasi-fictionnelle, saisie entre construction et destruction, naissance et agonie, structuration identitaire et chaos poétique. Le film "Sugar Water", proche de la performance (un colleur d’affiches de métro qui en temps réel appose les unes sur les autres des photos successives d’un même événement) éprouve les possibilités du séquençage physique d’un temps continu face à l’image d’actualité, confrontant la durée du labeur physique de la publication à l’immédiateté de l’accident. Mais c’est peut-être l’oeuvre "Dreadful details" qui a fait le plus parler de l’artiste ces dernières années. Cette reconstitution d’une scène de guerre contemporaine (impliquant des GI’s américains dans une décor de type moyen-oriental ) réalisée à Hollywood et soigneusement composée dans la grande tradition de la peinture d’histoire, est plutôt percutante dans son rapport à la fois émotionnellement immédiat et protocolairement distancié à l’actualité brûlante. Mais loin d’être une provocation en direction du photo-journalisme, cette oeuvre magistrale, de par son ambition et sa dimension, interroge plutôt l’existence d’un mémoire visuelle collective qu’on dirait presque "cliché", mais dont le référent exact reste introuvable. De manière générale, l’intérêt principal du travail de Baudelaire réside dans ces jeux de lecture à multiples niveaux.

L’exposition présentée dans le nouvel centre d’art contemporain de la Tôlerie à Clermont-Ferrand, propose sur plus de 400 m2 la première rétrospective du jeune artiste. Elle déploie plusieurs séries photographiques et deux installations vidéo , dans une scénographique spécifiquement pensée pour le lieu d’exposition.

Ce vaste ensemble s’articule autour du nouveau projet de l’artiste, réalisé à l’occasion de sa résidence dans la ville de Clermont-Ferrand en 2006-2007. Cette nouvelle pièce, intitulée "Site Displacement / Déplacement de Site", met en corrélation deux séries de photographies, l’une réalisée par l’artiste lui-même dans la capitale auvergnate, l’autre "sous-traitée" à un photographe indien, Anay Mann, invité à rechercher et reproduire des cadrages similaires de chaque cliché fourni par Baudelaire, mais dans son propre environnement. Au-delà du saisissant brouillage topographique qui en résulte, qui fait qu’il apparaît difficile de distinguer les paysages ruraux ou urbains français et indiens, ce projet est une discrète allusion à un contexte local de mutation industrielle liée à la délocalisation des centres de production de la célèbre entreprise Michelin, implantée à Clermont-Ferrand depuis le milieu du 19e siècle. Mais là encore, le propos délibérément décontextualisé mise sur une universalité des sujets traités et un jeu sur des synchronies et diachronies artistiques, architecturales ou économiques.

* Commande du Centre national des arts plastiques

Né en 1973 à Salt Lake City (USA), Eric Baudelaire vit et travaille à Paris. Depuis 2006 son travail a fait l’objet d’expositions personnelles à la galerie Elizabeth Dee (New York), la galerie Juana de Aizpuru (Madrid), le Musée de la Photographie de Charleroi, et Phillips de Pury New York. Il a été lauréat de la Fondation HSBC pour la photographie (2005), du New York Foundation for the Arts (2001), et a publié états Imaginés aux éditions Actes Sud (2005). Son travail figure dans la collection du Centre George Pompidou, du Fond National d’Art Contemporain et du FRAC Auvergne.



Baudelaire Eric, Bling Walls (I Hate), 2007. Gelatin silver print, plexi, graffiti, 120x191cm

General view