Shows / Expositions  | Projects / projets  | La Verrière - Fondation d’entreprise Hermès, Bruxelles  | Méthode Room, Chicago  | Workshop / Ateliers  | Texts / Textes  | Interviews / Entretiens  | INFO




>> La Verrière - Fondation d’entreprise Hermès, Bruxelles

mountaincutters, Les Indices de la respiration primitive
La Verrière - Fondation d’entreprise Hermès, Bruxelles, 2021



mountaincutters

Les Indices de la respiration primitive
*Signs of primal breath

La Verrière, Bruxelles

Exhibition open from June 19 to September 11, 2021

[ENG]

Extension sustained by disorder

The artist duo mountaincutters are a hybrid identity that practise sculpture in situ, investing spaces with materials and objects. Reflecting the duo’s ambivalent identity, their hybrid aesthetic favours transitional situations and incomplete forms, as the basis for strange compositions with a distinctive, wild beauty. Their work deploys altered, deformed or evolving materials (dust, earth, rust, raw or barely worked clay, organic fragments placed in metal boxes, crude furniture that resembles prosthetic limbs or mechanical appendages) in large-scale installations that bear the mark of indefinable human activity, suspended between artisanship and industry, construction and destruction, architecture and archaeology. At times, the work resembles a derelict industrial landscape or an archaeological dig in progress, at others a factory or laboratory. Invariably, it obeys a functional logic, whose ultimate purpose escapes us. The raw, sometimes brutal nature of mountaincutters’ forms is balanced by the subtlety of their handiwork, the finesse of particular treatments, the recourse to specific skills and know-how which together generate a unique tension : we are invited both to doubt and to be seduced by what we see. The quasi-archaic simplicity of their forms combines rigour, mindful attention to detail and precision, in presentations that range from the discreetly theatrical to the frankly spectacular.

Invited to La Verrière for their first solo show in Belgium, where they have lived and worked since 2015, mountaincutters have devised a new project for the gallery, with a scenography that addresses its unique characteristics : the high roof, natural light, and the cubic geometry of the space. A continuance of their recent work on the dynamic transformation of matter, the present exhibition is the seventh in the series “Matters of Concern | Matières àpanser†, and directly responds to its themes. “Matters of Concern | Matières àpanser†explores art curatorship from an ecological perspective, showcasing practices that run counter to the at times cynical overproduction of contemporary artistic output, and which enact a more mindful, humble engagement with raw materials, in a spirit of healing rather than mastery.

In mountaincutters’ work, industry and nature – the mineral, organic and plant kingdoms – combine and branch out, leading us endlessly from one to the other, with no sense of hierarchy. The result is a salutary “dis-order†, in the literal sense : an established order that is contested or turned on its head. And it is here, behind this formal facade, that the work’s discreetly political message is secreted. Because mountaincutters’ relationship to nature, their interest in raw matter and its biologically altered states, does not eschew human creativity. On the contrary, the act of creation is referenced continually. The “wild†impulse in their work readily admits aspects of culture and cult ritual, science and industry. In this context, drawings, film and writing – frequently raw poetry composed in the first person – contribute snatches of narrative to the whole. The point is not to put two ideas in opposition, nor to enshrine a return to nature or the wild in place of the ideal of progress, but rather to show how every artefact, every aspect of human production has its place in a wider ecosystem, in which it is a guest, and to which it owes a debt. Here, the vital intersection of nature, craftsmanship, art and industry, the modern and the archaic, creates hybrid entities rather than superimposed layers of reality. This challenge to domination and hierarchy, this rejection of fixed identities and the prerogatives associated with a specific material practice, is what gives mountaincutters’ work its contemporary relevance, coupled with thinking that expands our concept of ecology to reflect on mankind’s place in the living and inanimate worlds.



The body as machine

The question of physicality is omnipresent in mountaincutters’ work, though the body is essentially an imprint, a recorded absence. Something marginal. The work is loud with the body’s absence : we perceive the duo’s sculptures as things of human making, or material avatars, or prosthetics. Their characteristically clinical aesthetic (metal chairs, beds, benches and furniture) manifests strength, resistance and vulnerability alike, as if matter existed not to be bent to the creative will, but rather to extend, support or facilitate the creative gesture. Yet the work’s material fabric is not pre-eminent or unassailable. Signs of fragility are everywhere (wheels or feet are made of glass, there are visible alterations, repairs, scars). But this is a shared vulnerability, conceived in a spirit of solidarity. mountaincutters’ objects and installations reify abstract concepts of “care†: positive thinking that has influenced our collective morale and impacted specific social and sanitary practices. The duo’s seemingly abandoned relics – suffused with an ambivalent aesthetic of corruption and decay – are paradoxically a celebration of life. Each of these imperfect forms or broken structures, at once powerful and fragile, quietly manifests an unstoppable life force. Their material flesh, their veins and fluids, their outpourings, oozings and decomposition identify them as systems that are both sick and affirmatively alive, drawing strength and vigour from their very precarity.

mountaincutters’ work comes to us from a dystopian world ; it is a representation, perhaps, of a past catastrophe, or one still to come, as hinted in the duo’s first exhibitions. It has evolved over time – it is warmer now, more physical – but has lost none of its radical essence. A little less raw, a little more concocted. More chemistry, less physics. Tresses of copper enlace stone, transparent glass is shaped into delicate leaves, fine blades of brass are folded. Here are oiled paper, enamel, carpets of natural fibres, technically complex items with an emphasis on the transformation of energy. As if the tough asceticism of the earlier work had gradually given way to a potent, restrained intensity that manifestly pierces the surface of things, whether raw materials or objects : thin shafts of blinding light shine from beneath spotlights placed close to the floor, ceramics are fired at super-high temperatures. We may speculate that this turning point in mountaincutters’ work hints at a kind of reactivation of dormant cells, an act of resistance to the cataclysmic fatalism of the world, a quest to re-enchant the world by subversive means.

These multiple aspects of mountaincutters’ work, and their direct connection to the speculative thinking that defines the core concept of “Matters of Concern | Matières àpanser†, inspired this invitation for them to work at La Verrière. But make no mistake : regardless of any discourse we may seek to impose, the duo’s original, timeless Å“uvre continually evades interpretation. An unfathomable mystery is communicated in these forms that speak more to the gut than to the eye, to the emotions rather than to reason. The work belongs in the realm of the ineffable, the (literally) unnameable. It is an Å“uvre that we understand here in the two-fold etymological sense of work and opera, connected with effort, labour, and the alteration or modification of physical states, but also the mystery of creation

Guillaume Désanges

La Verrière
Boulevard de Waterloo 50
1000 Brussels (Belgium)

Exhibition open from June 19 to September 11, 2021
Closed from July 31 to August 23, 2021 included

Admission free, Tuesday to Saturday, noon to 6 p.m.
Guided visit, Saturdays at 3 p.m



— -

[FR]

Tenu en extension par le désordre

Identité hybride, le duo d’artistes mountaincutters pratique la sculpture in situ, investissant de matières et d’objets les lieux où il / elle expose. En écho àleur identité trouble répond une hybridité esthétique qui privilégie les situations transitoires et les formes inachevées pour des compositions étranges àla beauté sauvage. Matériaux altérés, déformés ou en mutation, poussière, terre et rouille, céramiques plus ou moins brutes, fragments organiques disposés dans des boîtes métalliques, mobilier fruste qui s’apparente àdes prothèses ou des appendices mécaniques : leurs vastes installations montrent les traces d’activités improbables, suspendues entre artisanat et industrie, construction et destruction, architecture et archéologie. Elles ressemblent parfois àun paysage industriel dévasté ou àun chantier de fouilles, d’autres fois àune fabrique ou àun laboratoire, relevant toujours d’une logique fonctionnelle dont la finalité nous échappe. Le caractère brut, parfois brutal, des formes est contrebalancé par la subtilité du travail manuel, la finesse de certaines factures, le recours àdes savoir-faire spécifiques, qui créent ensemble une tension entre doute et séduction. La simplicité quasi archaïque de leurs formes associe rigueur, attention et précision dans des agencements discrètement théâtralisés, voire spectaculaires.

Invités àLa Verrière pour leur première exposition personnelle en Belgique, où ils résident et travaillent depuis 2015, moutaincutters ont pensé ce nouveau projet pour le lieu, agençant principalement des productions nouvelles selon un principe scénographique qui prend en compte ses spécificités : la hauteur, la lumière, la géométrie cubique de l’espace. Dans la lignée de leur travaux récents sur les transformations énergétiques de la matière, cette exposition est aussi une réponse directe au cycle « Matters of Concern | Matières àpanser  », dont c’est la septième étape. À l’occasion d’une saisie écologique de la question curatoriale, ce cycle, rappelons-le, rassemble des pratiques qui, àrebours d’une surproductivité parfois cynique de la création artistique, entretiennent des relations àla matière sous le régime de l’attention, de l’humilité ou de la guérison plus que de la maîtrise.

Chez mountaincutters, de fait, l’industrie, le minéral, l’organique et le végétal se conjuguent selon un principe de branchement permanent, de logique conductrice entre les ordres, sans hiérarchie. En découle un salutaire « dés-ordre  », au sens littéral d’un ordre bouleversé ou contesté. C’est d’ailleurs ici que, derrière son aspect très formel, se dissimule la part discrètement politique du travail. Car le rapport des mountaincutters àla nature, leur intérêt pour la matière brute et les altérations biologiques, ne tourne pas le dos àla création humaine, àlaquelle le duo ne cesse de faire référence. La pensée sauvage qui les anime accueille volontiers des amorces d’éléments culturels, cultuels, scientifiques ou industriels. Dans cette perspective, des dessins, des films et un travail d’écriture, poésie crue souvent rédigée àla première personne, ajoutent aussi ponctuellement des bribes de narration àl’ensemble. Il ne s’agit donc pas d’opposer les logiques, ni de substituer un retournement naturaliste àl’idéal progressiste, mais de montrer plutôt comment tout artefact, toute production humaine, prend place dans un écosystème plus vaste qu’il habite, dont il est l’hôte et dont il est redevable. Entre nature, artisanat, art et industrie, modernité et archaïsme, il y a ici des enchevêtrements vitaux, des hybridités, plus que des couches superposées de réalité. Cette contestation des dominations, ce refus des identités figées et des prérogatives associées àtel matériau ou telle pratique, est ce qui rend le travail de mountaincutters très actuel, en connexion avec certaines pensées qui, àpartir d’un élargissement de la question écologique, portent une réflexion spéculative sur la place de l’homme au sein du vivant et du non-vivant.



Corps machine

Chez mountaincutters, si la question du corps est omniprésente, elle est toujours figurée en creux. En marge. Tout le travail résonne d’un corps absent, dont les sculptures seraient aussi bien la production que les avatars matériels ou les prothèses. Dans l’esthétique clinique qui caractérise l’œuvre (chaises, lits, bancs, meubles en métal), il est autant question de résistance que de vulnérabilité, comme si la matière, au lieu de se plier et d’être soumise àla volonté créatrice, devait plutôt prolonger, soutenir ou soulager le geste. Pour autant, les éléments matériels ne sont en retour pas plus dominants. Ils possèdent leur part de fragilité (roulettes ou pieds en verre, altérations, réparations, cicatrices). S’il est question de vulnérabilité, c’est donc d’une vulnérabilité partagée, solidaire, réciproque entre les règnes, qui propose comme un écho objectal, réifié aux théories du « care  ». Des pensées positives qui ont influencé la morale collective et modifié certaines pratiques sociales et sanitaires. Ainsi, les reliques abandonnées des mountaincutters, qui baignent dans une zone esthétique trouble entre corruption et disparition, sont paradoxalement une célébration de la vie. Formes imparfaites et structures cassées, àla fois puissantes et fragiles, elles sont autant de manifestations sourdes d’un élan vital. Leur chair matérielle, leurs veines et leurs fluides, leurs épanchements, leurs fuites et leur dégradation en font des systèmes malades mais positivement vivants, qui tirent leur vigueur de leur précarité.

Si le travail des moutaincutters vient d’un univers dystopique, figurant possiblement une catastrophe passée ou àvenir, ainsi que le laissaient transparaître leurs premières expositions, il a évolué récemment vers plus de chaleur, d’incarnation, sans rien perdre de sa radicalité. Un peu plus cuit et un peu moins cru. Un peu plus chimique et un peu moins physique. Tresses de cuivre enserrant la pierre, transparence du verre façonné en fines feuilles, lamelles de laiton pliées, papier huilé, émail, tapis végétal, leur technicité s’est orientée vers les transferts d’énergie. Comme si la dureté ascétique des premiers travaux avait progressivement cédé la place àune focalisation sur une intensité potentielle ou retenue des matières et des objets (la lumière aveuglante perçant sous les spots placés près du sol, les cuissons haute température), qui perce sensiblement la surface des choses. Parions que ce tournant indique chez mountaincutters une sorte de réactivation des cellules dormantes, une résistance au fatalisme cataclysmique du monde par des manières souterraines de réenchanter le monde.

Ce sont tous ces éléments, en branchement direct avec les pensées spéculatives sous-tendant l’idée du cycle « Matters of Concern | Matières àpanser  », qui motivent cette invitation des deux artistes. Mais qu’on ne s’y trompe pas, malgré tous les éléments discursifs que l’on peut poser sur leur travail, cette Å“uvre originale, indatable, continue de résister àl’interprétation. De fait, c’est un insondable mystère qui se dégage de ces formes qui s’adressent au ventre plutôt qu’aux yeux, aux affects plutôt qu’àla raison. Il relève d’un régime général de l’ineffable, de l’« innommable  » au sens littéral, soit : ce qui se refuse àêtre nommé. Un « Å“uvre  » qu’on entend ici au double sens étymologique de travail et d’opera, c’est-à-dire lié àla peine, àla modification des corps, mais aussi àl’énigme de la création.

Guillaume Désanges

La Verrière
Boulevard de Waterloo 50
1000 Bruxelles (Belgique)

Exposition du 19 juin au 11 septembre 2021
Fermeture du 31 juillet au 23 aoà»t inclus

Entrée libre du mardi au samedi, de 12 h à18 h
Visite commentée chaque samedi à15 h


















Toutes les images / all images :
Vue de l’exposition de mountaincutters, « Les Indices de la respiration primitive  », La Verrière (Bruxelles), 2021 © Isabelle Arthuis / Fondation d’entreprise Hermès

Dossier de presse :

PDF - 799 ko

Press kit :

PDF - 798.8 ko

Persdossier :

PDF - 798.2 ko

Journal de l’exposition :

PDF - 1.4 Mo
PDF - 37.6 ko