Shows / Expositions  | Projects / projets  | La Verrière - Fondation d’entreprise Hermès, Bruxelles  | Méthode Room, Chicago  | Workshop / Ateliers  | Texts / Textes  | Interviews / Entretiens  | INFO




>> La Verrière - Fondation d’entreprise Hermès, Bruxelles

ISMAÏL BAHRI, DES GESTES À PEINE DÉPOSÉS DANS UN PAYSAGE AGITÉ
La Verrière - Fondation d’entreprise Hermès, Brussels, 2018



From September 21, to October 1st, 2018

Ismaïl Bahri, Scotch (research material), 2018
Courtesy of the artist
Photo : Ismaïl Bahri

[Texte en français en bas de la page]

PRECISE AND IMPALPABLE IN EQUAL MEASURE

‟Since the late 2000s, Franco-Tunisian artist Ismaïl Bahri has developed a body of work based on minimal situations and gestures whose inexorable logic ultimately generates a kind of magic, a state of grace captured in the essence of his materials. Balling and smoothing out the pages of magazines, until the ink has transferred completely from the paper to the hands, gradually obliterating the printed image ¹. Stretching an invisible thread, materialised only by the droplets running along its length, which gradually form a puddle of water in the exhibition space ². Filming a clear droplet of water on a wrist, its barely perceptible tremors revealing the pulse of the arteries beneath the skin ³. A white screen divided by a trembling, vertical black line that gradually reveals itself as a ball of thread being unrolled against a backdrop of snow ⁴. A journey through an urban landscape, represented by its reflection filmed in a glass of ink ⁵, or the white of a piece of paper placed in front the camera lens ⁶. Gestures that pay heightened attention to fine detail, and to the accidents and minute variations generated by unplanned events in the real world. In his work as a whole, and in the detail of individual pieces, Ismaïl Bahri’s practice enacts a gradual process of insistent investigation and revelation of his motifs, based on elementary experimental conditions ; formal resolutions over time, based on the principle of photographic development. Emulsion, capillarisation, unravelling, denuding : often, very little stands between the work’s subtle materiality, and its complete disappearance. But the radical simplicity of Bahri’s protocols emanates quiet, underlying emotion, too : a mixture of surprise and anxiety – a clue, perhaps, to the hidden agenda of his work.

Invited by La Verrière to present his first solo exhibition in Belgium, Ismaïl Bahri has devised an ambitious project that transforms the architectural space into a kind of optical instrument, interacting with the play of light and shade, discovery and concealment, as revealed in the building’s interior, or entering from outside. The aim is to exploit La Verrière’s essential energy – chiefly, its light – while at the same time concealing its source. The installation combines two kinds of projected imagery : digital, and natural. Projections of forms, objects and drawings, but also shafts of natural light, accompany videos screened on an overhead projector. The environment brings together recent works, including some created for the installation, drawing on observations and experiments centred around storms, wind and chaos – disruptive natural states that ultimately form fleeting, variously ordered visions.

Ismaïl Bahri’s work is presented as part of the current ‘Poésie balistique’ season at La Verrière, examining the disconnect between the defining programme of specific works of art, and their impact or effect – in other words, between intention and intuition or perception in certain programmatic, conceptual artistic practices. Bahri’s work seems to me to go to the heart of these issues, and to apply them in his own, unique way. As such, based on arbitrary but rigorously applied protocols, Bahri’s work springs from an initial, intuitive experiment conducted by the artist over an extended time-frame and in a circumscribed space, with no fixed horizon, which is another way of saying that the experiment is conducted with no specific intent or projected outcome as to the form(s) that may result. Through this subtle interplay of unpredictability and control, the artist delegates his creative authority to chance, or the wind, to fortuitous encounters or the prevailing light, in other words to contingent situations that are created more or less ‘blind’. In the context of this implacable logic of chance, control resides solely in a fierce refusal to fix or freeze the work’s inherent possibilities. At the same time, the forces at play are focussed on preserving the viewer’s passivity. Paradoxical ? Ismaïl Bahri’s art is a rare homage to the invisible energy of the static intercessor. The tensions at work within each piece are the source of its fragility and power alike : two manifestations of the same sustained attentiveness to the world of materials and things, through clearly defined, evident forms which, in this context, we might call ‘poetry’. Direct, raw poetry, of almost transparent clarity, but notable for its refusal to signify. In effect, the work remains open to endless appropriation and interpretation : a kind of non-negotiable polysemy. But in its determination to eliminate facile external references, and to assert its distance from any readily identifiable geographical, cultural or political context, it nonetheless resonates with much of the trouble and tumult in this world. The forms which are gradually made manifest to our senses and intellect are precise and impalpable in equal measure.”

Guillaume Désanges

_

1 Ismaïl Bahri, Revers, 2017, video series, hd 16/9, stereo sound, various lengths. Produced by the Jeu de Paume, Paris.

2 Ismaïl Bahri, Coulée douce, installation in situ, 2006-2014.

3 Ismaïl Bahri, Ligne, 2011, video, hd 16/9, 1 min loop.

4 Ismaïl Bahri, Dénouement, 2011, video, hd 16/9, 8 min.

5 Ismaïl Bahri, Orientations, video, 2010.

6 Ismaïl Bahri, Film à blanc, six videos, sd, 4/3, colour, silent, varying lengths, 2013

_

This project was selected by the patronage commission of the Fondation Nationale des Arts Graphiques et Plastiques which provided its support.



Ismaïl Bahri, Scotch (research material), 2018
Courtesy of the artist
Photo : Ismaïl Bahri

AUSSI PRÉCIS QU’INSAISISSABLE

« Depuis la fin des années 2000, l’artiste franco-tunisien Ismaïl Bahri développe un travail fondé sur des situations et des gestes ténus dont la logique inexorable finit par produire une forme de magie ou de grâce saisie au cœur de la matière. Froisser et défroisser des pages de magazines jusqu’à ce que l’encre se transfère complètement du papier sur les mains, en effaçant peu à peu l’image imprimée ¹. Tendre un fil invisible, uniquement matérialisé par une goutte d’eau s’y déplaçant en créant progressivement une flaque d’eau dans l’espace d’exposition ². Filmer en gros plan une perle d’eau transparente sur un poignet, dont le frémissement à peine perceptible révèle les pulsations des artères à travers la peau ³. Diviser verticalement un écran blanc par un trait noir grésillant se révélant être une pelote de fil qu’on enroule sur fond de neige ⁴. Représenter un trajet dans la ville à travers son reflet filmé dans un verre d’encre ⁵ ou via les nuances de blanc d’une feuille de papier posée devant l’objectif de la caméra ⁶. Autant de gestes portant une attention exacerbée aux détails, aux accidents et aux variations infimes du réel qui produisent des événements inattendus. Dans l’ensemble de l’œuvre aussi bien que dans le détail des pièces, la pratique d’Ismaïl Bahri opère par creusement, insistance et révélation progressive de motifs à partir de conditions élémentaires de l’expérience. Des résolutions formelles dans le temps, selon un principe de développement photographique.Émulsion, capillarisation, dénouement et dénuement : il s’en faut de peu, parfois, pour que cette œuvre subtile ne disparaisse. Mais à travers la simplicité radicale de ces protocoles perce une sourde émotion, qui oscille entre étonnement et inquiétude, et détermine peut-être l’agenda secret de l’œuvre.

À l’invitation de La Verrière, pour sa première exposition personnelle en Belgique, Ismaïl Bahri a imaginé un ambitieux projet qui transforme l’architecture du lieu pour en faire une sorte d’instrument optique, jouant sur des jeux d’ombre et de lumière, d’apparition et de disparition d’images, révélés à l’intérieur du bâtiment ou amenés de l’extérieur. L’enjeu est de se servir de l’énergie de La Verrière, c’est-à-dire principalement de sa lumière, tout en dissimulant son origine. Au sein de ce dispositif, deux types de projections se mélangent : la projection numérique et la projection naturelle. Des formes, des objets et des dessins mais aussi des percées de lumière naturelle accompagnent des vidéos rétroprojetées. Cet environnement associera des travaux récents de l’artiste produits pour l’occasion et issus d’observations et d’expériences autour de la tempête, du vent et du chaos, d’une confusion naturelle qui finit par former des visions fugitives plus ou moins ordonnées.

Présenté dans le cadre du programme ‟Poésie balistique” qui examine les écarts entre le programme et son résultat, autrement dit entre les intentions et les intuitions dans certaines pratiques programmatiques et conceptuelles de l’art, le travail d’Ismaïl Bahri me paraît au cœur de ces enjeux, qu’il redistribue à sa manière. De fait, partant de protocoles aussi arbitraires que rigoureusement appliqués, le travail relève d’une intuition initiale que l’artiste éprouve dans un temps long et un espace réduit, sans regard appuyé vers l’horizon, c’est-à-dire sans intention particulière ni projection vers la forme qui pourrait en découler. Ce jeu subtil entre incertitude et contrôle amène l’artiste à déléguer son pouvoir d’auteur à la chance ou au vent, aux rencontres fortuites ou à la lumière, autrement dit aux contingences de situations créées presque à l’aveugle. Dans cette logique implacable du hasard, le seul contrôle réside dans un refus farouche de fixer les possibles, tandis que les forces en actes se concentrent dans le maintien d’une passivité de l’observateur. Paradoxes ? L’art d’Ismaïl Bahri est un hommage rare à l’énergie invisible de l’intercesseur immobile. Les tensions qui travaillent l’œuvre de l’intérieur fondent à la fois sa fragilité et sa puissance, qui sont deux manières de signifier une même attention soutenue aux choses du monde, dans une clarté et une évidence des formes que l’on nommera ici poésie. Une poésie directe, brute, à la clarté presque transparente, bien que marquée par un refus de signifier. De fait, l’œuvre entend rester infiniment appropriable : une forme de polysémie non négociable. Mais dans sa volonté d’effacement de ce qui pourrait être trop référencé, en se débarrassant d’un contexte géographique, culturel ou politique trop identifiable, elle résonne pourtant de nombreux tumultes du monde. Dès lors, les formes qui apparaissent progressivement aux sens et à l’intelligence sont aussi précises qu’insaisissables. »

Guillaume Désanges

_

1 Ismaïl Bahri, Revers, 2017, série de vidéos HD 16/9, son stéréo, durées variables. Production du Jeu de Paume.

2 Ismaïl Bahri, Coulée douce, installation in situ, 2006-2014.

3 Ismaïl Bahri, Ligne, 2011, vidéo HD 16/9, 1 min en boucle.

4 Ismaïl Bahri, Dénouement, 2011, vidéo HD 16/9, 8 min.

5 Ismaïl Bahri, Orientations, vidéo, 2010.

6 Ismaïl Bahri, Film à blanc, six vidéos SD, 4/3, couleur, insonore, durées variables, 2013

_

Ce projet a été sélectionné par la commission mécénat de la Fondation Nationale des Arts Graphiques et Plastiques qui lui a apporté son soutien.


Newspaper of the exhibition / Journal de l’exposition :

PDF - 800.2 ko

Press kit / Dossier de presse :

PDF - 1.2 Mo
PDF - 1.2 Mo