Shows / Expositions  | Projects / projets  | La Verrière - Fondation d’entreprise Hermès, Bruxelles  | Méthode Room, Chicago  | Workshop / Ateliers  | Texts / Textes  | Interviews / Entretiens  | INFO




>> La Verrière - Fondation d’entreprise Hermès, Bruxelles

SOMEWHERE, TWO PLANETS HAVE BEEN COLLIDING FOR THOUSANDS OF YEARS (The Thinker as Poet), Dora García
La Verrière - Fondation d’entreprise Hermès, Brussels, 2017



SOMEWHERE, TWO PLANETS HAVE BEEN COLLIDING
FOR THOUSANDS OF YEARS
(The Thinker as Poet
)*

Dora García
La Verrière - Fondation d’entreprise Hermès, Brussels, 2017

EXHIBITION FROM OCTOBER 6 TO DECEMBER 9, 2017
EXPOSITION DU 6 OCTOBRE AU 9 DÉCEMBRE 2017

[ENG]
Since the late 1990s, Dora García has developed a unique corpus – minimalist and multi-form, conceptual and elegant – rooted in her critical approach to the phenomenology and iconology of Western history and thought. Working through performance, film, drawings, publications, television, workshops and seminars, her primary interest is in specific situations, presented with a mix of scholarship and risk-taking, science and fiction. In so doing, she stages sensitive, cognitive experiences whose meaning is left ‘in suspense’, despite their precisely-defined cultural and theoretical frame of reference. García proceeds via vast, themed ‘works in progress’, spreading from one subject to the next by a process of capillarity and overspill, fed by her reading, her natural curiosity and her intuition. Gradually, her work draws its own, subjective cartography leading us from research into the anti-psychiatry of Antonin Artaud, to James Joyce and Jacques Lacan, via ‘degenerate art’, the terrorist struggle and American-style ‘stand-up’ comedy. Each exhibition formalises a small part of the whole, contributing a piece to the wider, theoretical and aesthetic jigsaw puzzle. García is a sculptor of knowledge, shaping, cutting and carving it out like a material, to produce a series of specific (abstract and documentary) lay-outs, each bearing its own coded message. And yet the formation of this nebula of narratives points up clearly-defined, ideological positions, too : a defence of marginality, of that which contests cultural norms or holds out against the pigeon-holing of thought and ideas, and persists in plying the troubled, not to say murky waters of human intelligence. With this in mind, I have invited Dora García to produce a new work for La Verrière, as part of the gallery’s ‘Ballistic Poetry’ season. Because her erudite oeuvre, based on a strict cognitive and theoretical programme, uses knowledge solely in order to explore its limits. Because Dora García focuses her interest on paradoxical, deliberately slippery
phenomena, on the place where speculative thought becomes dogma, where analysis becomes speculation, and where logical argument becomes poetry ; on the precise spot where partitions break down and structures begin to crack.

Because Dora García’s forms are similarly inclined to mystery and non finito : ultimately, her artistic programme evades any form of intellectual or artistic reason. Generously, she has used La Verrière’s invitation to work more precisely with the matter of poetry, taking as her starting-point a discussion between two writers (Andrea Valdes and Manuel Asín), and a poetical text by the German philosopher Martin Heidegger, entitled Aus der Erfahrung des Denkens (The Thinker as a Poet in Albert Hofstadter’s English translation). The exhibition takes the form of a unit : a quasi-empty space with diagrammatic drawings on its walls, a book-sculpture… each element contributing to a space conceived as a stage set for a continuous series of performances.

What will it all be about ? Writings and the spoken word, apparently. Time and space, assuredly. Theatre, philosophy, poetry and psychoanalysis, probably. The cosmos, the circularity of time, chaos and the abolition of the relationship of cause and effect, perhaps. Nothing is wholly pre-determined. Consequently, García is never interested in simple, straightforward subject matter, but in complex things that appeal to the mysteries of the human mind, where concepts encounter affects, and logic and the psyche come together. Dangerous liaisons that cannot be expressed, let alone demonstrated in simple terms. Hence García’s interest in the deviant figures of literature and thought (Lenny Bruce, Robert Walser, Antonin Artaud or James Joyce), whom she readily connects to other forms of political and social marginality (political radicals, the insane, and people who hear voices).

These links between genius and madness, reason and folly are readily assimilated with the poetic act, which is not – far from it – the flip side of intelligence, but another form of the same. This is indeed the central thesis of a recent book by the French philosopher Alain Badiou, entitled Que pense le poème ? (1), conceived as a homage to the poem as one shore of the ocean of philosophy, the other being the ‘matheme’. Invoking such writers as Stéphane Mallarmé, Arthur Rimbaud, Georg Trakl or Fernando Pessoa, Badiou praises the poem as the ideal of ‘thought without knowledge’, as something literally ‘unthinkable’, and useful as a kind of cavity, a lack, a necessary, even vital insufficiency of thought. The poem is a literary act of dazzling immediacy that scorns the careful stages of discourse and validates the existence of mystery, which is one of the dimensions of reality. From the outset, it leads us to ‘use language such that it strikes the intellect of its contemporaries, like an arrow hitting its target.’ This supremely ballistic view of poetry – as a metaphor for something beyond logical reasoning, that pierces and touches us all the more precisely because we do not know exactly what it is about – is connected in suitably indefinable ways to Dora García’s subtly trenchant art.

Guillaume Désanges

1 - Alain Badiou, (‘What does the poem think ?’, Editions nous, 2016)
— -

[FR]
Depuis la fin des années 1990, Dora García développe une œuvre unique, à la fois minimale et polymorphe, conceptuelle et élégante, fondée sur une approche critique de phénomènes et motifs de la pensée et de l’histoire occidentales. Performances, films, dessins, éditions, télévision, workshops ou séminaires, quels que soient les médiums qu’elle utilise, ce sont principalement des situations spécifiques qui l’intéressent et qu’elle met en scène avec un mélange d’érudition et d’imprudence, de science et de fiction. Ce faisant, elle propose des expériences cognitives et sensibles dont les significations restent en suspens, même si leurs référents culturels et théoriques sont précis. Son œuvre procède par vastes chantiers thématiques qui se développent d’un sujet à l’autre par capillarité et débordement, au gré de ses lectures, de sa curiosité et de ses intuitions. D’une recherche sur l’« anti-psychiatrie » et Antonin Artaud jusqu’à James Joyce et Jacques Lacan, en passant par l’« art dégénéré », la lutte terroriste et la stand-up comedy à l’américaine, c’est une cartographie subjective que dessine progressivement Dora García, dont elle donne, à chaque exposition, une formalisation parcellaire qui devient la pièce d’un puzzle théorico-esthétique. Véritable « sculptrice » d’un savoir qu’elle façonne, coupe et creuse comme un matériau, elle en tire une suite d’agencements spécifiques (abstraits et documentaires) qui sont autant de messages codés. Pourtant, au fur et à mesure de la construction de cette nébuleuse d’histoires, se dessinent des perspectives idéologiques précises. À savoir, une défense de la marginalité, de ce qui vient contester les normes culturelles, de ce qui résiste aux codifications de la pensée et donc navigue dans les eaux troubles, pour ne pas dire obscures, de l’intelligence.

C’est dans cette perspective que je lui ai proposé de rejoindre, pour une nouvelle production, le cycle « Poésie balistique » de La Verrière. Parce que cette œuvre érudite, fondée sur un programme cognitif et théorique rigoureux, n’utilise la connaissance que pour en explorer les limites. Parce que les intérêts de Dora García se focalisent sur des phénomènes paradoxaux, positivement glissants, où la pensée devient croyance, où l’analyse se mue en spéculation et les discours logiques en poèmes. Précisément : là où les partitions déraillent et les structures se fissurent. Parce que les formes proposées par Dora García suivent les même pentes du mystère et de l’incomplétude : un programme qui échappe finalement à toute raison, qu’elle soit intellectuelle ou artistique. Avec générosité, Dora García a profité de cette invitation pour travailler plus précisément le matériau poétique, à partir d’une discussion avec deux écrivains (Andrea Valdes et Manuel Asín) et d’un texte poétique du philosophe allemand Martin Heidegger intitulé Aus der Erfahrung des Denkens (traduit en anglais comme The Thinker as Poet). La forme de l’exposition est celle d’un dispositif : un espace quasi-vide, des dessins-diagrammes sur les murs, un livre-sculpture, le tout servant de scène pour des performances en continu.

De quoi y sera-t-il question ? D’écrits et de paroles, visiblement. Du temps et de l’espace, assurément. De théâtre, de philosophie, de poésie et de psychanalyse, probablement. Du cosmos, du temps circulaire, de l’abolition des relations de cause à effet, du chaos, peut-être. Rien n’est totalement déterminé. De fait, ce ne sont jamais des sujets simples qui intéressent l’artiste, mais plutôt des choses complexes qui touchent aux mystères de l’esprit, là où les concepts rencontrent les affects, la logique le psychique. Des liaisons dangereuses qui ne peuvent pas se dire simplement, encore moins se démontrer. D’où son intérêt pour les figures déviantes de la pensée et de la littérature (Lenny Bruce, Robert Walser, Antonin Artaud ou James Joyce) qu’elle lie volontiers avec d’autres formes de marginalités politiques et sociales (les radicaux politiques, les fous ou les entendeurs de voix).

Ces liens entre génie et folie, raison et déraison rencontrent de plain-pied le fait poétique, qui n’est pas, loin s’en faut, un envers de l’intelligence mais une autre forme de celle-ci. C’est d’ailleurs la thèse principale d’un récent livre du philosophe Alain Badiou, intitulé Que pense le poème ? (1) , qui s’attache à rendre hommage au poème comme un des bords de la philosophie, dont l’autre serait le « mathème ». Convoquant des auteurs comme Stéphane Mallarmé, Arthur Rimbaud, Georg Trakl ou Fernando Pessoa, il fait l’éloge du poème comme idéal d’une « pensée sans connaissance », littéralement « impensable », qui est utile en tant que trou, perte, insuffisance nécessaire et même vitale à la pensée. Action littéraire fulgurante et immédiate, qui fait fi des étapes de la discursivité, le poème valide l’existence du mystère, qui est une des dimensions de la réalité. Dès lors, il amène à « se servir de la langue de façon telle qu’elle atteindra, comme la flèche sa cible, l’intellect de ses contemporains ». Cette manière on ne peut plus balistique de considérer la poésie comme une métaphore d’un au-delà de la raison logique, qui perce et touche d’autant plus précisément qu’on ne sait pas exactement d’où elle parle, a quelque chose à voir avec l’art discrètement tranchant de Dora García.

Guillaume Désanges

1 - Alain Badiou, Que pense le poème ?, éditions Nous, 2016.



All images / Toutes les images
© Isabelle Arthuis

PDF - 960 ko
PDF - 1.3 Mo