Shows / Expositions  | Projects / projets  | La Verrière, Bruxelles  | Méthode Room, Chicago  | Workshop / Ateliers  | Texts / Textes  | Interviews / Entretiens  | INFO




>> La Verrière, Bruxelles

NOVELTY Ltd., Douglas Eynon & Erwan Mahéo
La Verrière, Brussels, 2017



Exhibition from January 18 to March 25, 2017
Exposition du 18 janvier au 25 mars 2017


Portraits Douglas Eynon & Erwan Mahéo, La Verrière, 2017
© Isabelle Arthuis
 :: :: :: :: :: :: :: :: :: :: :: :: :: :: :: ::

NOVELTY Ltd.

Quietly, over a number of years, Brussels – like Berlin before it – has established itself as a favoured destination for artists and other art professionals from across Europe and beyond : people for whom the city offers a fertile context for work on a different timescale, drawing on different impulses, all of which has contributed to the city’s fascinating, hybrid contemporary art scene. The gradual formation of this creative archipelago is not driven solely by the now widespread impulse of ‘gentrification’ [1] ; it is an ecosystem both open to change, and preserved, characterised by a mindset rather than a single aesthetic, and by ecologies rather than economies of work. a tight-knit network of personal and professional relationships, free and chaotic, echoing the urban structure of the city itself.

I mention this because the relationship between Douglas Eynon and Erwan Mahéo, two distinct personalities on the Brussels international art scene, is resonant with these economic issues, and because their project for La Verrière is not unconnected to this powerful if indeterminate social, urban and cultural context – the fictional and administrative ‘hub’ which the European capital represents. this unprecedented collaboration as part of the ‘ballistic poetry’ season at La Verrière is organised around an architectural installation in situ that turns the space’s topography, and the visitors’ senses, on their heads : a sort of musical score in space, an agglomeration of their parallel artistic worlds. under the deliberately ‘tertiary’, not to say corporate title NOVELTY Ltd., the work is a strange, poetic space waiting to be explored ; active though not in itself a space for activity – a space that works, rather than a workspace. More than an exhibition in the traditional sense, it offers a series of contingent situations, playing on replete forms and voids, areas of high and low tension, the intrusion of fantasy into the workings of immanence, of nature into functionality. Though devoid of directly legible references, its sources of inspiration are found in fairy tales, film and fantasy literature. But this arrangement conceals a hidden agenda, a ‘programme’ in the sense of an algorithm : one that is simultaneously determining, illegible and inaccessible. A way to follow a scenario of sorts, but with no story. and so this unreality, so close to reality, as concrete as any dream or nightmare, resonates with the march of the contemporary world, between virtuality and anxiety, comfort and danger, economy and affects. a confused state in which temporal hierarchies are turned upside down, the future is referenced as a past concept, and the present cannot be located.

After Ann Veronica Janssens and Michel François in 2015, this proposition is a new experiment for an invited artist duo at La Verrière. As before, the pairing is intuitive rather than rational, based on invisible connections, fertile tensions and potential rather than the proven capital of past collaborations. In short, a more speculative than logical approach. The artists are friends, and have exhibited together before, as part of a close network at the heart of a belgian art scene that is famously open to collaboration. Each knows the other’s work well, yet their respective practices have little in common at first sight. Breton artist Erwan Mahéo has developed a formal and highly erudite practice, beginning in the 1990s, shaped by the history of forms and deliberately referencing connected fields such as architecture, graphics and design. Mahéo’s work embraces sculpture, photography and video, but also large-scale needlework pieces, on textiles. Based on a topographical analysis of the spaces in which Mahéo is invited to work, the textile pieces seek to copy, underscore or re-draw the essential, defining lines of their setting, creating two-dimensional, abstract and geometric outgrowths from its existing fabric. a simplification of the world, imitated and set to rights through the medium of art. British painter, draughts-man, sculptor and video artist Douglas Eynon seems to seek redemption in the immediate, and in matter. In a kind of romanticism modelled on modernity, which draws equally on the sources of surrealism, his work promulgates the irruption of fantasy in the midst of the prosaic. His often figurative world seems rooted in the tradition of allegorical or symbolist painting, with a coating of punk culture, though the keys to its reading seem to have been erased. The result is a set of situations that are invariably unsettling, part myth, fable and futuristic film.

I have invited the two artists together because Douglas Eynon’s practice is poetic, while Erwan Mahéo’s programme is ballistic. But also because Erwan Mahéo is poetic in his de-realisation of the world, and because Douglas Eynon is ballistic in his capacity to touch the heart without words. At the time of writing, the NOVELTY Ltd. project remains an aggregate in the making, of mixed intentions and intuitions. I glimpse the outcome nonetheless : a kind of reverse logic, a paradoxical experience whose voids will be more replete than its forms, where embarking on the journey is as important as looking, and where perspectives will be more precisely defined than particular details. I see tensions between the familiar and strange, between radical abstraction and the seeds of narrative, between a garden and office space. I see a radical, uncontrolled programme, and a hint of poetry shining through the brutality of the real.

A dream ? Absolutely.

[1] - ‘Gentrification’ is a phenomenon observed worldwide : an urban movement involving the encroachment of wealthier classes into former working-class areas, transforming their economic and social profile. For economic reasons, artists are often seen as pioneers in these processes of transformation.

...........................................

NOVELTY Ltd.

Depuis de nombreuses années, discrètement, Bruxelles, comme Berlin il ya quelques temps , est devenu une destination privilégiée pour des artistes et autres professionnels de l’art venus d’Europe et au delà, qui trouvent dans la ville un contexte fertile pour travailler dans une autre temporalité, avec d’autres réflexes, concourant à la création d’une scène hybride passionnante. La sédimentation de cet archipel créatif, ne s’est pas faite uniquement dans une logique de « gentrification » standardisée [1], mais comme la génération d’un écosystème à la fois très ouvert et préservé, marqué par un esprit plus qu’une esthétique, des écologies plus que des économies de travail. Un réseau enchevêtré de relations affectives et professionnelles, libre et chaotique, qui rappelle la structure urbaine de la ville.

Si l’on évoque cela, c’est que la relation qui lie Douglas Eynon et Erwan Mahéo, deux personnalités bien distinctes de la scène internationale bruxelloise, résonne de ces enjeux conjoncturels et que leur projet pour la Verrière n’est pas sans lien avec ce contexte social, urbain, et culturel à la fois puissant et indéterminé, sorte de « hub » fictionnel et administratif que représente la capitale européenne. Cette collaboration inédite dans le cadre du cycle « Poésie balistique » est articulée autour d’une architecture in situ qui bouleverse la topographie des lieux et les sens des visiteurs, sorte de partition dans l’espace agglomérant leur deux univers artistiques. Sous son appellation très tertiaire, voire « corporate », Novelty.ltd, est un lieu étrange et poétique à arpenter, actif sans être un lieu d’activités : un espace qui travaille plutôt qu’un espace de travail. Plus qu’une exposition au sens classique du terme, il s’agit plutôt d’une suite de situations contingentes, jouant sur des pleins et des vides, des zones de hautes et basses tensions, l’irruption du fantastique au cœur de l’immanence et du naturel au cœur du fonctionnel. Si aucune référence n’y est directement lisible, les sources d’inspiration sont à rechercher du côté du conte de fée, du cinéma ou de la littérature fantastique. Il y a pourtant comme un programme caché derrière cet agencement. Programme au sens d’algorithme : c’est-à-dire à la fois déterminant, illisible et inaccessible. Une manière de suivre une sorte de scénario, mais sans histoire. De fait, cet irréel tout proche du réel, aussi concret qu’un songe ou un cauchemar, résonne avec la marche du monde contemporain, entre virtualité et inquiétude, confort et danger, économie et affects. Un état trouble du monde où les hiérarchies temporelles sont bouleversées, où le futur apparaît parfois comme une notion passée et le présent reste introuvable.

Après Ann Veronica Janssens et Michel François en 2015, cette proposition est une nouvelle expérience de duo artistique formé sur invitation de la Verrière. Encore une fois, il s’agit d’une union intuitive plus que de raison, fondé sur les liens invisibles, des tensions fécondes et un potentiel plus qu’un capital. En résumé, une démarche plus spéculative que logique. De fait, s’ils sont amis et ont déjà exposé ensemble, s’ils font partie d’un réseau intime et resserré au sein de la scène artistique belge si ouverte à la collaboration, s’ils connaissent bien le travail l’un de l’autre, leurs pratiques respectives n’ont a priori que peu de choses en commun. Le breton Erwan Maheo développe depuis les années 1990 une œuvre à la fois formelle et très érudite, informée par une histoire des formes, et faisant volontiers référence à des champs connexes à l’art comme l’architecture, le graphisme et le design. Elle s’actualise en sculptures, photographies, vidéos, mais aussi de larges travaux de couture sur tissus. Ces derniers, fondés sur l’analyse topographique des lieux qui l’invitent à exposer en copient, soulignent ou redessinent les lignes directrices, opérant en deux dimensions des excroissances géométriques et abstraites de l’existant. Une simplification du monde par une sorte de décalque et de remise en ordre artistique. Peintre, dessinateur, sculpteur et vidéaste, le britannique Douglas Eynon semble chercher la grâce au cœur de l’immédiat et de la matière. Dans une sorte de romantisme d’après la modernité, qui puise aussi volontiers aux sources du surréalisme, son œuvre fait surgir la fantaisie au cœur du prosaïque. Son univers, souvent figuratif, semble parfois relever de la tradition de la peinture allégorique, voire symboliste, mâtinée de culture punk dont les clés de lecture auraient été effacées. En découle des situations jamais vraiment rassurantes, entre mythes, fables et films d’anticipation.

Si je les ai invité ensemble, c’est parce que Douglas Eynon est poétique dans sa facture et que Erwan Mahéo est balistique dans son programme. Mais aussi parce qu’Erwan Mahéo est poétique dans sa déréalisation du monde et que Douglas Eynon est balistique dans sa manière de toucher sans discours. Si, à l’heure où j’écris ces lignes, le projet Novelty.ltd n’est encore qu’un agrégat en devenir d’intentions et d’intuitions entremêlées, j’entrevois que le résultat relèvera d’une sorte d’envers du logique, un expérience paradoxale où les vides seront plus denses que les pleins, où le parcours aura autant d’importance que le regard, et où les perspectives seront plus précises que les détails. J’y vois des tensions entre le familier et l’étrange, entre de l’abstraction radicale et des amorces de narration, entre un jardin et des bureaux. J’y vois un programme radical et incontrôlé, et une percée de la poésie dans la brutalité du réel.
.
Un rêve ? Précisément.

Guillaume Désanges

[1] - Le phénomène de « gentrification », observé dans le monde entier, est un mouvement de transformation urbaine qui voit des classes plus aisées s’approprier des espaces anciennement populaires, transformant ainsi le profil économique et social des quartiers. Les artistes sont, souvent pour des raisons économiques, considérés comme les pionniers de ces transformations.

 :: :: :: :: :: :: :: :: :: :: :: :: :: :: :: :: :: :: ::













NOVELTY Ltd., exhibition views, La Verrière, Brussels, 2017
© Isabelle Arthuis
 :: :: :: :: :: :: :: :: :: :: :: :: :: :: :: :: :: :: :: :: :: :: :: :: ::
Download the exhibition’s floor plan :

PDF - 94.4 ko

Download the exhibition journal :

FR/ENG :

PDF - 1.4 Mo

FR/FL :

PDF - 1.4 Mo